Your Name : un chef d'oeuvre d'animation venu du Japon

Les films d'animation japonais et moi, c'est une grande histoire d'amour ! Et là, j'ai reçu une bonne claque ! Je te l'avoue tout de suite, j'y ai versé ma petite larme :')

Si le studio Ghibli est de moins en moins présent, il y a fort heureusement d'autres studios pour nous concocter de petites pépites comme Your Name (Kimi no na wa) sortie dans nos salles obscures depuis le 28 décembre.

Au passage je tiens à remercier le distributeur EuroZoom, sans qui le film ne serait pas arrivé dans les salles Fançaises !

Makoto ShinkaiNous devons ce dernier chef-d'oeuvre à Makoto Shinkai, déjà papa d'autres petites perles comme The Garden of Words (2013), Voyage vers Agartha (2011) ou encore 5 centimètres par seconde (2007). Si ses précédentes réalisations restent encore discrètes dans nos contrées, son dernier long métrage, lui, bats tous les records : en ayant attiré plus de 16 millions de spectateurs, dépassant même quelques indétrônables du podium japonais comme Le château ambulant de Miyazaki !

Si l'on peut sentir que Makoto Shinkai se cherche encore dans ses précédentes oeuvres, son approche plus conventionnelle et moins contemplative pour ce dernier métrage sonne juste. Que ce soit le rythme, la crédibilité des personnages ou encore l'humour finement dosé, tout s'équilibre parfaitement autour d'un scénario empreint d'émotions. Et pour sublimer ces vagues démotions (oui c'est mon côté fleur bleue qui parle), YOUR NAME se dote d'une bande originale, signée par le groupe Radwimps, accompagnant de belle manière les enjeux de nos protagonistes. 

your-name-passerelle

Une histoire généreuse

Pour te faire un rapide topo sur le pitch de base : imagine-toi t'endormir et te réveiller le lendemain dans le corps d'un autre pour une journée entière ! Si cette amorce scénaristique est peu originale au premier abord, l'auteur se concentre dans un second temps sur la raison de ce transfert et sur ces personnages qui ici sont : une adolescentE et un adolescent ... ce qui amène quelques scènes de légèreté (sans pour antant en montrer toutes les scènes qui passent actuellement dans ton imagination lubrique... je t'ai vu venir petit pervers !).

your-name-affiche-sans-titrages

Taki (l'ado mâaaale) que tu peux voir à gauche ci-dessus est un jeune Tokyoïte tandis que Mitsuya vit dans un petit village reculé près de Hida dans la préfecture de Gifu. Tout deux lycéens, nous partageons leur expérience extraordinaire sur plusieurs années.

Le mélange romance et science-fiction fonctionne tout en évitant les facilités et les excès du genre. Il en est de même des personnages secondaires qui sont loin des habituels clichés des animés. Enfin, le scénario se révèle très généreux avec un climax incroyable au beau milieu du film, relançant l'intrigue de plus belle !

your-name-mitsuya-et-taki

Le succès veut que l'on compare Makoto Shinkai comme le successeur de Miyazaki : oui, peut-être au niveau du box-office, pour ce film. Mais nous sommes sur quelque chose de bien différent. Contrairement aux films de Miyazaki, celui-ci nous amène, non pas sur une réflexion écologique, mais se balade entre plusieurs sujets : la rupture entre Japon traditionnel et Japon moderne, les relations distantes, les affres du temps sur notre mémoire... en soit c'est une oeuvre orientée mélancolie. Mais je te rassure, c'est de la bonne mélancolie. ;)

C'est de toute beauté !

Enfin, pour transporter toute cette dramaturgie, YOUR NAME est techniquement très, très, très, attends la suite... très, très beau... bordel (@_@) !!!

your-name-mitsuya-va-en-cours

L'animation (en Sakuga* majoritairement) est fluide, fine et travaillée tandis que les décors fourmillent de détails vivants et aériens. Il en est de même pour la lumière et les couleurs que l'auteur maitrise avec brio, nous offrant des panoramas grandioses ! On en prend plein les yeux et on voyage en même temps : un billet PARIS - TOKYO, max 16euros, 2h de vol ! Merci Makoto ಥ_ಥ !

* les animations Sakuga sont des animations complètes et non limitées. À l'opposé, beaucoup d'animés pour des raisons budgétaires animent uniquement certaines parties des personnages quand nécessaire : la bouche pendant les dialogues par exemple, le reste du corps restant figés. Tu peux aussi le voir dans les séries tel que Dragon Ball, One pièce ou Naruto... qui utilisent le sakuga uniquement lors des scènes d'action intense.

Un film parfait ?

Non, tout n'est pas parfait, il reste le 0.01% à critiquer : là où un Akira Toriyama (Dragon Ball) à un style propre, celui de Makoto Shinkai est plutôt classique, et ne lui permet pas de se distinguer totalement. Néanmoins on retrouve les lumières chaudes, la profondeur de champ et le découpage qui signent les réalisations de ce jeune auteur.

Chose surprenante, on se retrouve nez à nez au début du film avec un opening : comme un "relent" d'animé. Ainsi que quelques séquences musicales illustrant une transition ou une ellipse narrative. Si cela peut sembler maladroit, c'est en tout cas originale et élève encore plus haut la charge émotionnelle (si la J-pop ne te rebute pas).

L'auteur visant tellement sur l"émotionnel qu'on pourrait lui reprocher de frôler la mièvrerie... mais c'est vraiment pour chercher la petite bête ^^

Pour l'anecdote, la plupart des décors sont basés sur des lieux réels, transformant certains lieux de la préfecture de Gifu en véritables attractions touristiques après la sortie du film au Japon.

your-name-comparaison-irl-vs-anime

Conclusion : pour moi, c'est le coup de coeur total ! Difficile d'être objectif... Certes le coté "guimauve" & mélancolique pourrait rebuter les apathiques d'entre vous, néanmoins le film présente suffisamment d'atouts pour tenir en haleine et émerveiller la rétine. Alors, foncez voir les dernières projections sans tarder !

Je sais que pour beaucoup le doublage japonais est "criant" et excessif, mais ici il m'a semblé plus posé. Alors je ne saurais que trop te conseiller d'aller le voir en VOSTFR ! C'est pour ton bien.