Deadpool met le gros paquet (sans spoil)

Deadpool met le gros paquet (sans spoil)

C'est la première adaptation du héros de comics DeadPool, un personnage encensé par la plupart des spécialistes de l'univers Marvel. Dès les premières bandes-annonces, l'engouement suscité était différent des précédentes adaptations. Après visionnage, je comprends maintenant pourquoi. Ce film est bon sur de nombreux points et il faut remercier le réalisateur Tim Miller, un gars qui a travaillé sur le film Scott Pilgrim, et l'acteur incarnant le personnage éponyme, Ryan Reynolds.

Garantie lecture safe, zero spoil dans cet article !

dead-pool-ultimate-spider-manPersonnellement, le personnage m'était étranger, mis à part une apparition dans Spider Man Ultimate plutôt éloignée du personnage original, où je le rencontrai en Pantalon à pattes d’éph, sans humour, sans charisme et encore plus artificiellement moche (image ci-contre). Mais j'ai pu aperçevoir les contours de cette icône à travers différents forums et blogs. Et sans aucun doute, il est différent : à l'instar des plus célèbres, Deadpool est plutôt frais (1991) : pour rappel, Superman est de 1938, Batman une année juste après, Spider-Man de 1962 et Iron Man est de 1963. 

Et ce n'est pas rien, car les mœurs et les mentalités évoluent, et notre antihéros s'affranchit alors des codes de ses prédécesseurs. Ma connaissance des comics reste limitée, je ne peux pas certifier que se fût le premier à briser ces codes, mais sûrement le plus remarquable.

Plus trash !

Et quel plaisir ! Au diable la vision simpliste et manichéenne, ce héros n'en sera pas un ! Même si ce n'est plus vraiment à l'ordre du jour dans les derniers films et comics qui se revèlent plus sombres, on passe ici à un niveau supérieur. On veut du sang et des femmes didiou ! Et je dis Amen : Interdit aux moins de 12 ans, la 20th Century Fox nous a fourni un film plus sanglant et plus graveleux que jamais (merci Game of Thrones <3 ).

Deadpool-versus-teddy

Chers parents, s'il-vous-plaît, n'emmenez pas vos enfants voir ce film : votre super gosse ne peut pas voir n'importe quel super-héros de bande dessinée au cinéma ! Je m'étonne moi-même à penser que la limite d'âge est plutôt légère. Si des jeunes me lisent, comprenez que ce n'est pas contre vous ! Mais à 12 ans certains sont plus matures que d'autres. Alors parier sur cet âge me semble optimiste (ou mercantile ?).

En effet DeadPool, de son vrai nom Wade Wilson, est immortel tout comme Wolverine. Mais il est aussi très dérangé (voir fou). Il en résulte alors un cocktail de scènes trashs et des anti-punchlines mémorables.

La recette Marvel complète, mais avec un ingrédient secret.

Le rythme du film se découpe en plusieurs vagues d'humour, et au sommet de chacune, un flashback où l'on approfondit le scénario. Celui-ci, d'ailleurs, est construit sur la fameuse formule classique "salade, tomates, oignons" de Disney/Marvel : on y retrouve un méchant, un gentil (ou presque), une mission et un bouquet de blagues. Mais pas des blaguounettes casual "Avengeresques". Non ! Notre anti-héros a son humour bien à lui et il se joue de nous et des codes du cinéma. C'est même l'un des rares personnages à briser le fameux quatrième mur. Il a conscience d'être dans un film et s'adresse au spectateur directement.

Cette particularité, associée à l'immortalité du personnage, est prétexte à un humour noir, absurde, sexiste... en un mot : marginal. Et en cela, c'est un Marvel réellement singulier.

La nouvelle coup de cheveux de Ryan Reynolds pour DeadPoolIl faut aussi saluer la 20th Century Fox qui, pour une fois, ne médiocrise pas une adaptation. Rappelle-toi de Wolverine Origine, de Hitman ou encore de Max Payne... L'adaptation se révèle plutôt fidèle au comics avec un acteur transcendé par son rôle. On peut enfin lui pardonner Green Lantern ! D'ailleurs, Ryan s'est réellement investi dans ce personnage dont il est un grand fan, on le sent habité. Et la plupart des acteurs "match" bien, à l'exception peut-être du super-vilain joué par Ed Skrein, dont le jeu est juste, sans être pour autant charismatique.

 

Pour l'anecdote, le personnage de comics cite à plusieurs reprises l'acteur Ryan Reynolds. Mais alors, qui a choisi l'acteur, un réalisateur ou un personnage de bande dessinée ? :P
deadpool-parle-de-ryan-reynolds

Sur la forme...

La bande son est très juste. Elle colle à l'action et on retrouve une cohérence tout au long du film, sans pour autant être inoubliable.

Après les oreilles, nos pupilles : les décors, le maquillage et les effets spéciaux sont de haute volée ! Il faut en particulier observer la scène de début et celle de fin. La première est superbe, tout en 3D, elle fourmille de détails et nous annonce les couleurs du film. Cependant la scène finale manque un peu de réalisme : trop de 3D, et des acrobaties tellement exagérées qu'elles en deviennent floues et improbables.

promo-film-deadpool-taxi

Les chorégraphies des autres scènes de fight sont en revanche de très bonne facture, très impressionnantes par leur violence et l'agilité hors norme de Wade Wilson. D'autant que le personnage prend quelques balles sans broncher lorsqu'il est en pleine action. Et pour traduire visuellement ces coups (autrement que par une réflexe de douleur, ici totalement absent), des gerbes de sang jaillissent de son corps ponctuellement. Discret, cet effet rajoute un touche comique pour un oeil aguerri.

Bilan d'un héros marginal au cinéma

Suite à votre lecture, vous allez croire que j'ai un grief envers l'éditeur de Superman. En vérité, oui et non : je commence à me lasser de la surenchère d'effets spéciaux et de la badassitude atmosphérique des personnages. En résumé, on nous offre toujours plus de spectaculaire au détriment du fond.

deadpool_animationMais... j'ai adoré ce film et l'humour qu'il nous sert. D'autant plus que les clins d'oeil sont nombreux et surtout, il n'est pas aseptisé par un label "film tout public". On y retrouve aussi des X-Men rafraîchit (un Colossus plus fidèle au comics). Nous sommes sûrement devant l'un des meilleurs Marvel pour la simple raison qu'il s'éloigne de la recette habituelle du studio. C'est du bon tout au long du film avec un final qui ne laisse pas un goût d'inachevé, ni de précipité.

On peut se demander s'ils parviendront à réitérer la fraîcheur du personnage dans le second film (déjà annoncé), et je te répondrais que c'est sur ce point précis qu'on verra si DeadPool est vraiment immortel ou non ;)

N'hésite pas à partager ton opinion dans les commentaires, je répondrai à tous, autant que faire se peut.

PS : restez jusqu'à la fin du générique.