Brève sur le film :
Tout en haut du monde

Brève sur le film : Tout en haut du monde

Tout en haut du monde est le premier long métrage de Rémi Chayé. Le film Franco-Danois a raflé deux nominations et la récompense "Prix du public" de la 55e édition du festival d'Annecy. Pour une raison obscure, peu de salles le projettent. Ayant réellement apprécié le film je me devais de lui faire honneur et vous partager ce petit bijou.

tout-en-haut-du-monde-affiche

De quoi ça parle ?

D'exploration ! Si aujourd'hui on connait presque tous les recoins émergés de notre planète, ça n'a pas toujours été le cas. Oublie Google Map, le GPS et les primes de risque, et là tu comprends que les explorateurs furent remarquablement fous et courageux (ou chanceux pour certains).

tout-en-haut-du-monde-03

On retrouve donc notre personnage principal, Sacha : fille d'une noble famille en pleine Russie tsariste du 19e siècle, déterminée à retrouver son grand-père disparu (le fameux explorateur). Nous voyons donc notre personnage évoluer avec son éducation noble, dans un monde opposé à celui dans lequel elle a grandi pour ensuite la mener jusqu'à une mission périlleuse au coeur du pôle nord. Je ne sais pas si tu te rends compte, mais c'est un peu comme si on envoyait une princesse sur le front avec un bavoir et un couteau !

En parlant de princesse, les films d'animation baignant dans la vodka sont plutôt rares, mais si tu ne connais pas, je te recommande l'excellent Anastasia de 1997.

tout-en-haut-du-monde-01

Pour qui ?

Pour un film d'animation, "Tout en haut du monde" n'a pas la légèreté d'un Disney : son scénario mature aborde la transition vers l'âge adulte sans naïveté et l'assume par l'absence de diversions comiques. Il conviendra néanmoins aux plus petits avec ses décors et ses personnages attachants, comme aux adultes.

Une direction artistique impeccable

Justement, les décors : les paysages désertiques de notre précieux pôle nord et l'attention toute particulière accordée à la lumière créent des plans somptueux. Personnellement, j'y ai retrouvé la touche chatoyante de Life Is Strange. Graphiquement différents, ils ont pourtant l'un comme l'autre un procédé graphique centré sur les couleurs et la lumière. Et si la simplification des traits te dérange, prend en compte qu'à défaut d'être riche en détails, l'ambiance, elle, s'en retrouve sublimée.

On peut observer que malgré l'apparente simplicité graphique, l'ajout de matière dans les textures ou sur les contours enrichit et apporte du caractère à l'illustration.
tout-en-haut-matiere

Et c'est amusant, mais le parallèle avec Life Is Strange ne s'arrête pas là. On retrouve aussi dans la bande son des pistes communes au jeu de Dontnod et de manière générale car Jonathan Morali a oeuvré sur les deux. Le rendu est beau, autant pour les yeux que pour vos oreilles et nous permet de rentrer totalement dans le film.

Petit bonus, la voix légèrement éraillée de  Christa Théret (LOL, Marguerite ou encore le bruit des glaçons), qui interprète Sacha, accorde encore plus de profondeur au personnage.

C'est donc un très beau film d'aventure. Le scénario est poignant, l'humour y est bien dosé et les scènes émouvantes sont retranscrites par un choix artistique singulier et une animation de grande qualité. Alors si je t'ai convaincu de le voir, va vite au cinéma tant qu'il est encore temps !